Aare
°

Journal B

Sagt, was Bern bewegt
Aare
°
14.09.2016 | 06:30

J’évite de les regarder dans les yeux, surtout les négrillons parce souvent c’est quand même des jolis gamins, ou des jolies gamines, avec leurs grands yeux et leurs cheveux crépus, et puis tu te dis que c’est quand même pas leur faute si c’est partout la misère et le bordel chez eux, alors je mets les gants, c’est important les gants, ça te protège, et je regarde au-dessus d’eux, juste au-dessus de leur petite tête et leurs cheveux crépus, direction le panneau CFF « Brigue-Brig-Briga » si c’est à Brigue qu’on intervient, ou le panneau Domodossola des FS si on ramène ces petits gaillards aux collègues italiens.

Les arabes - Syriens, Afghans - quoique y en aient qui ont les yeux bridés, c’est drôle - les Pakistanais et tout ça - ça va mieux, j’ai moins de peine, enfin, normalement parce que l’autre jour y en avait deux, un frère et une sœur j’ai pensé, oh ils avaient quoi, 12 ou 13 ans, qui ressemblaient comme deux gouttes d’eau aux gamins de ma sœur, Ryan et Juliette, c’était pas croyable.

Là c’est vrai que dans ces moments tu es obligé de te faire un peu violence, et puis de remettre encore une fois les gants pour ne pas sentir leur peau qui tremble quand tu les reconduis.

Ensuite le café est bienvenu, tu évacues, et même une petite grappa si les gars de la Guardia di Finanza sont dans le secteur. C’est clair qu’y a des fois je regrette Sainte-Croix où j’ai fait trois ans avant d’être nommé en Valais. Une côte de bœuf en trop par ci, trois cartons de Bourgogne pas déclarés par là, un peu de hasch de temps en temps, le boulot était plus facile au fond.

Bon, après c’est vrai aussi que se balader les jours de congé sur les béquets du côté de Fiesch ou d’Aletsch c’est quand même plus agréable que le ski aux Rasses avec les hivers qu’on a eu ces dernières années. Et puis je reconnais aussi que les glaces à Domo sont meilleures qu’à Yverdon. Mais il faut quand même le dire, ramener 15 ou 20 MNA en Italie par jour sans même leur dire merde, ou simplement leur demander leur âge, c’est pas une vie non plus.